En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies nous permettant d'évaluer anonymement la fréquentation et l'utilisation du site afin de l'améliorer.
Pour en savoir plus sur notre utilisation des cookies et comment les supprimer, voir notre Charte de Confidentialité.

Cancer du rein

favicon Cancer du rein

Il doit être chirurgical à chaque fois que cela est possible car c’est le seul traitement permettant la guérison.

La néphrectomie dite élargie est le traitement de référence pour les grosses tumeurs. Il enlève le rein, la graisse périrénale, les ganglions lymphatiques lombaires. La surrénale doit être enlevée systématiquement si la tumeur rénale concerne le pôle supérieur ou est > 6 cms ou en cas d’anomalie radiologique de celle-ci. Elle peut être réalisée par voie abdominale ou lombaire. Elle est actuellement de plus en plus souvent réalisée par voie coelioscopique.

La néphrectomie partielle est indiquée de nécessité pour les tumeurs sur rein unique ou bilatérale. Dans les autres cas, elle peut être proposée pour les tumeurs de petite taille (de moins de 4 cms) afin de préserver un maximum de tissu rénal sain fonctionnel. La coelioscopie est en cours d’évaluation dans cette indication n’est pas recommandée actuellement pour les néphrectomies partielles (risque carcinologique).

Lorsque le bilan d’extension a montré des métastases, un traitement par voie général (anti-angiogénique) est proposé.
Il peut être associé à une chirurgie d’exérèse de rein mais aujourd’hui l’intérêt de cette chirurgie est en cours d’évaluation dans le cadre de protocoles de recherche clinique.

Quelle est la surveillance après le traitement ?

Elle a un double objectif :
    Diagnostic précoce d’une récidive locale ou à distance
    Surveillance de la fonction rénale et du rein controlatéral (multifocalité).

Elle comporte une évaluation périodique de la fonction rénale (dosage sanguin de la créatinine) et la recherche d’un reprise évolutive tumorale (scanner abdominopelvien et thoracique).


La fréquence de l’évaluation dépend du risque évolutif initial. Dans tous les cas, un contrôle à 6 mois est indispensable puis (recommandations de l’Association Française d’Urologie) :

  • si faible risque : tous les ans pendant 5 ans puis tous les 2 ans
  • si risque intermédiaire : tous les 6 mois pendant 3 ans, puis tous les ans pendant 2 ans puis tous les 2 ans
  • si risque élevé : tous les 6 mois pendant 5 ans puis tous les ans pendant 5 ans.