En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies nous permettant d'évaluer anonymement la fréquentation et l'utilisation du site afin de l'améliorer.
Pour en savoir plus sur notre utilisation des cookies et comment les supprimer, voir notre Charte de Confidentialité.

Traitement par chirurgie ouverte de l'HBP

favicon Traitement par chirurgie ouverte del'HBP

L'adénomectomie par voie sus-pubienne

concerne les prostates de gros volume.

Les complications de la résection endoscopique et de l’adénomectomie sont similaires. L’éjaculation rétrograde est la plus fréquente.

Dans ce cas, une partie du sperme reflue dans la vessie lors de l’éjaculation.Lire la suite...

Les complications plus rares sont les hémorragies, les infections, les troubles sexuels et l’incontinence urinaire. Les récidives sont rares mais possibles et nécessitent parfois une nouvelle intervention.

Les alternatives à la chirurgie

Des alternatives à ces techniques permettent de minimiser les troubles urinaires en intervenant sur le col vésical et sur l’urètre, sans toucher la prostate.

L’endoprothèse est placée au niveau de l’urètre prostatique sous contrôle endoscopique. La prothèse, en forme de cylindre, maintient écartés les lobes de la prostate, diminuant l’obstruction de l’urètre. La pose d’une endoprothèse se fait sous anesthésie générale, locale ou péridurale. Cette solution est provisoire car elle comporte de nombreuses complications (infections urinaires, migration de la prothèse dans la vessie, formation de calculs, etc.) et est réservé aux patient ne pouvant pas supporter une anesthésie générale ou loco-régionale de façon temporaire ou définitive.