Simple surveillance de l'HBP

favicon Simple surveillance de l'HBP

Si vos troubles urinaires sont bénins et sans véritable gène pour vous, il est probable que votre médecin vous propose une simple surveillance de l'HBP, par exemple sous la forme d’une visite de contrôle une fois par an. Ne négligez pas pour autant quelques mesures hygiéno-diététiques élémentaires,

Lire la suite...comme boire normalement pendant la journée et peu le soir. Limitez votre consommation de boissons alcoolisées car elles irritent la vessie et augmentent la production d’urine.

Pensez tout de même à boire suffisamment de liquide au cours de la journée car les urines concentrées qui stagnent trop longtemps dans la vessie favorisent la survenue d’infections et de calculs. Le soir, au contraire, limitez votre consommation de liquide afin de ne pas devoir vous relever la nuit pour uriner.

La vessie est un muscle, l’activité physique lui permet donc de mieux fonctionner. Evitez le vélo, qui comprime la prostate, mais favorisez la marche, qui vous est tout particulièrement recommandée : une étude a montré que les hommes qui marchent 2 à 3 heures par semaine voient leur risque de souffrir d’HBP diminuer de 25%. Enfin, les longs voyages en train, voiture ou avion en position assise sont déconseillés car ils favorisent la rétention aiguë d’urines.

La prise de médicaments vasoconstricteurs, utilisés contre la diarrhée ou la congestion nasale, peuvent augmenter les difficultés à uriner. Lisez attentivement les précautions d’emploi afin de vous assurer que tel ou tel médicament n’est pas contre-indiqué en cas de troubles prostatiques. Si vous êtes victime d’hypertrophie bénigne de la prostate et que vous prenez d’autres médicaments, parlez-en à votre médecin. Les antihistaminiques, les diurétiques, les antispasmodiques, les tranquillisants et certains types d’antidépresseurs peuvent aggraver l’HBP.