En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies nous permettant d'évaluer anonymement la fréquentation et l'utilisation du site afin de l'améliorer.
Pour en savoir plus sur notre utilisation des cookies et comment les supprimer, voir notre Charte de Confidentialité.

Cancer de la vessie

favicon Cancer de la vessie

Les tumeurs urothéliales se divisent en tumeurs superficielles ou n’infiltrant pas le muscle (atteinte de la muqueuse et chorion) ou infiltrants le muscle. Elles peuvent concerner le bas appareil urinaire c’est à dire la vessie (les plus fréquentes) et/ou le haut appareil c’est à dire l’uretère ou les cavités rénales (plus rares, pouvant être associées à une atteinte du bas appareil dans 10% des cas.

La meilleure prise en charge des tumeurs au stade superficiel a permis une baisse de la mortalité de 10% durant la dernière décade. En revanche, les tumeurs infiltrantes demeurent de mauvais pronostic avec une survie à 5 ans < 50% quelque soit le traitement utilisé.

I - TUMEURS VÉSICALES

A) ÉPIDÉMIOLOGIE

Le cancer de vessie est la 4ème cause de cancer dans les pays occidentaux  avec une Incidence annuelle de 16 à 20 cas/100.000 habitants et un Pic de prévalence entre 60 et 70 ans. Il est responsable de 2800 décès/an en France. L’incidence et la prévalence sont en augmentation (x35%  dans les 10 dernières années). Il touche essentiellement les hommes  (4 hommes pour 1 femme).

Quels sont les facteurs de risque ?

- reconnus (+++) :
tabac responsable de 30 à 50% des tumeurs urothéliales, exposition professionnelle aux amines aromatiques (dérivés de l’aniline dans l’industrie des colorants et des peintures) et/ou hydrocarbures (sidérurgie, échappement moteurs diesels). 25% des tumeurs de vessie sont en relation avec des expositions professionnelles, la bilharziose qui est une maladie parasitaire, exceptionellement rencontrée en France.

 - suspectés :
le cyclophosphamide utilisé dans certaines chimiothérapie, les infections urinaires chroniques en particulier chez les patients sondés au long cours, des antécédents de radiothérapie.

B) SIGNES CLINIQUES :

1°) Quels sont les signes d’appel :

Hématurie (+++) :
c’est la présence de sang dans les urines. C’est le signe le plus fréquent. Elle peut être intermittente et doit systématiquement faire consulter même si elle disparaît rapidement.  Elle est indolore en dehors de la rétention d’urine si des caillots se forment dans la vessie. Elle peut être associée à une infection urinaire (+)

Un dépistage des tumeurs urothéliales doit systématiquement être réalisé devant toute hématurie macroscopique, hématurie microscopique avec troubles mictionnels, hématurie microscopique isolée chez les patients à risque professionnel, exposés au tabagisme ou âgés de plus de 50 ans.

Troubles mictionnels :
impériosités, envies fréquentes d’uriner voire difficulté pour émettre les urines. Plus souvent rencontrés en cas de carcinome in situ diffus ou de tumeur infiltrant le muscle vésical, ils ne sont pas obligatoirement associés à l’hématurie.

Signes d’extension loco-régionale :
oedèmes des membres inférieurs, masse pelvienne au toucher pelvien combiné à la palpation de la région hypogastrique, fixée ou non au pelvis, douleur lombaire en cas d’obstacle urétéral (tumeur infiltrante).

Cytologie urinaire (++) :
surtout dans le cadre de la surveillance professionnelle ou des patients à risque de récidive

2°) Comment faire le diagnostic ?

Echographie vésicale (++) :
elle peut montrer une masse tissulaire appendue à la paroi vésicale mais elle est souvent insuffisante pour diagnostiquer les petites tumeurs.

Cystoscopie (+++) :
réalisée sans hospitalisation, sous anesthésie locale (endoscope souple chez l’homme), elle objective la tumeur (taille, localisation, aspect, nombre)

 
Tumeur superficielle de vessie

 

Scanner et IRM n’ont pas d’intérêt dans le diagnostic initial d’une tumeur de vessie.

Le diagnostic ne peut être qu’histologique par l’étude des copeaux de résection trans-uréthrale de la tumeur vésicale (+++).

C) BILAN D’EXTENSION :

Il n’est justifié qu’en cas de tumeur infiltrante, ce qui nécessite au préalable l’analyse histologique des copeaux de résection (sauf pour les tumeurs initialement manifestement infiltrantes (dilatation haut appareil en échographie, masse pelvienne, aspect typique en cystoscopie)

  • Scanner abdomino-pelvien : il apprécie l’extension péri-vésicale ainsi que les ganglions ilio-obturateurs sous-veineux, puis aortico-caves.
  • Scanner thoracique en cas d’image douteuse ou de patient à risque métastatique (extension péri-vésicale sur le scanner pelvien)
  • Scintigraphie osseuse : en cas de symptômes évocateurs
Scanner tumeur infiltrante de vessie